jeudi 26 novembre 2015

L'étendard ressucité...

Attentats de Paris : la famille d’une victime appelle au boycott de l’hommage national | Valeurs actuelles

Le drapeau tricolore...

Ce fameux symbole que chacun aura utilisé comme bon lui semble pour exprimer tout et n'importe quoi.
Certains l'auront brulé ou sifflé. D'autres se seront torché avec, ou l'auront piétiné, méprisé, souillé.


N'importe quel pékin normalement constitué intellectuellement ou pourvu
d'un minimum de masse gélatineuse entre les deux oreilles, ne mettra
pas longtemps pour comprendre que ces comportements sont l’œuvre de
blaireaux finis à la truelle qui vieilliront avec leur QI de pintade, et
les tares qui vont avec.
Donc irrécupérables...
Donc insignifiants...

Par contre, qu'un président socialiste, donc un homme de gauche, vienne
nous demander aujourd'hui d'exprimer notre fibre patriotique en
accrochant ce fameux drapeau tricolore à chacune de nos fenêtres, là,
j'ai les poils du cul qui passent au lissage brésilien !
 

François Hollande ne fait-il pas partie de cette gauche bobocrate tartinée de
pensée unique qui, des décennies durant, nous a expliqué que l'amour du
drapeau était le premier signe d'une dérive nationaliste fascisante, et
aux relents nauséabonds ?!...
N'est-ce pas ce ramassis de
bien-pensants exaltés qui hier, ont stigmatisé sans discernement tous
ceux qui osaient s'identifier à cette bannière en les traitant de
poujadistes, puis de lepenistes, et jusqu'à il y a peu d’extrémistes
identitaires ?!..


video

La réponse est OUI, ce sont les mêmes
hypocrites qui ont instrumentalisé à des fins idéologiques le drapeau
français, qui viennent vous demander de le brandir demain comme un signe
de résistance à l'oppresseur, et d'appartenance à la nation...

Après être resté les bras ballants devant des centaines d'agressions de
ce symbole dans nos stades, dans nos rues, dans nos médias. Après
l'avoir laissé salir sans jamais réagir, après avoir fait mine de ne pas
le voir pour ne pas avoir à le faire respecter, voilà qu'on viendrait
nous expliquer qu'il est l’étendard de nos libertés, et que tout citoyen
se doit de le lever fièrement face à l'obscurantisme.

La bonne blague...

Quelqu'un pourrait-il rappeler à notre président que les français, les
vrais, n'ont pas attendu qu'un pitre leur dise d'accrocher un bout de
tissus à leur porte pour aimer leur patrie, et qu'ils n'ont eu de cesse
de demander à leurs représentants élus au suffrage universel qu'ils
fassent eux-mêmes la démonstration de cette ferveur patriotique qu'ils
réclament à corps et a cris depuis ce funeste vendredi 13 ?...


Le patriotisme, M. Hollande, c’eut été de mobiliser l'état d'urgence et
son cortège de mesures opérationnelles dès le 11 janvier dernier... Le
patriotisme, c'eut été de traiter les listes de terroristes communiquées
par tous les services de renseignement internationaux avec sérieux, et
de mettre en route le Karcher à barbus...
Bref, le patriotisme
c'eut été d'arrêter de sacrifier notre sécurité intérieure au profit des
pleurnicheurs communautaristes qui vous brandissent le spectre de
l'islamophobie depuis des lustres, et dont le seul drapeau est celui de
l'islam...


C'est précisément ce qu'a parfaitement compris ce
malheureux père de victime, dont on peut comprendre la colère sourde, et
qui ne se contentera pas de cette cérémonie, ni de cet appel dérisoire à
retapisser les murs du pays en bleu blanc rouge pour apaiser son
incommensurable douleur.


Des milliers de drapeaux n'effaceront
jamais l’incurie d'avoir bradé notre intégrité nationale, et négligé à
ce point le péril parfaitement prévisible qui nous pendait au nez.


Pas plus qu'ils ne ramèneront les 130 vies sacrifiées sur l'autel de nos négligences sécuritaires indignes..

Et encore moins celles à venir...

Eric

 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire